La Griffe Funeste

Haut Clan du Bien de Silver World
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Brume sur l'ongle, rubis aux lèvres.

Aller en bas 
AuteurMessage
miss_chocolat
Jeune aventurier
avatar

Messages : 5

MessageSujet: Brume sur l'ongle, rubis aux lèvres.   Mer 11 Nov 2009, 21:56

Un pas, tourne, tourne, la girouette des temps anciens.
Un pas et puis quoi ? Et puis rien. A peine le frémissement de quelques poussières qui s'amusent à suivre l'ombre d'un passage. Le murmure des vents dans les branches, le murmure d'une brise sur sa nuque. Doucement, elle avance. A quoi bon aller plus vite, le chemin n'en sera pas plus court. Il ne faut pas presser les choses, ne pas se libérer trop vite des entrailles de sa mère. On ne voudrait pas gâcher un si bel enfant. Alors on attend qu'elle arrive, sans ambition, un peu de crainte. La peur de son retour ? La crainte de tomber à nouveau. Une perle de sang tourne autour de son nombril.

Deux pas, flâne, flâne, la pirouette au bout des chemins.
Il ne faut pas s'en faire. Elle remue si bien qu'il ne faudra pas résister. Danser avec les autres est devenu si amer, danser avec elle, quelle gourmandise. La crainte s'en est allée, il est trop tard désormais. Elle ne fera pas demis tour. Sa bouche se dessine déjà, rose et ronde. Lentement, elle éclot. Sa mère à nouveau, l'abandonne sur les chemins. Ses corolles d'or et de lumière avertissent les insectes, attirent les prédateurs. Un sourire flâne sur ses lèvres.

Trois pas, elle est là.

Ses mains élégantes parcours son corps avec curiosité, se posent négligemment sur son visage, palpe ses joues rebondies avec amusement. Ce nouveau corps ne devrait pas trop lui déplaire, dommage qu'il soit si maigre et si jeune mais qu'importe il vieillira bien assez vite. Entre deux doigts blancs elle triture une mèche de cheveux.. Bruns. La silhouette anonyme fait la moue, des cheveux bruns ? Vraiment cela ne devait pas lui aller. En voila une qui se préoccupe beaucoup de son corps n'est ce pas ? Mais une rose se définit elle par autre chose que par sa beauté ? Un sourire légèrement mesquin au bout des lèvres, miss chocolat l'épineuse se trouve plutôt maigrichonne. Est ce devenu aux gouts des terres argentés ? Les squelettes ont toujours été de son domaine mais en être un.. non vraiment ce n'était pas dans son charme.


En parlant de moelle, j'ai une fin de louve.

Elle parle toute seule. Si elle est folle ? Il faut voir comment les gens de ces terres regardent les jeunes filles qui se promènent nues dans les rues des grandes villes. Si la folie peut se refléter alors il y à beaucoup de miroirs cachés dans les yeux de ces hommes. Ce qu'elle fait ? Elle porte une main à sa bouche et envole un baiser à sa folie fantasmée. Toutefois, ce n'est pas une tenue pour une dame. En grande fille, la chevaucheuse de brume vole ici et là, par quelques jeux de mains, trois morceaux de tissu et une fleur à mettre à son cou. Vilaine fille elle empreinte un morceau de pain à un boulanger trop occupé à regarder les ombres mouvantes des cils d'une voleuse.

Ses pieds nus, elle s'habille sur les routes, cour vers un horizon incertain. Le souffle des vents sur sa nuque qui toujours l'accompagne, la rose aux milles artifices s'avance vers les lumières. Insecte aux grandes ailes, elle virevolte sous la Lune naissante. Le bal de ses pas légers sur le sol sablonneux s'arrête un instant, deux perles d'or clair se lèvent, contemple l'astre nocturne. A jamais souriante, la louve se remet en route. La froid fouette ses joues roses lorsqu'enfin, son petit point, presque ridicule de jeunesse, frappe à la porte d'une taverne.

Faudrait il croire que les griffes les plus résistantes aux temps trouvent toujours épineuses à leur porte ?

Un coup, la Lune se met à rire. Deux coups, les fleurs s'ouvrent en pleine nuit.Trois coups, une porte s'ouvre.

Trois pas.


Un chocolat chaud pour une âme vagabonde et assoiffée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natch
Membre de la Griffe Funeste
avatar

Messages : 148

MessageSujet: Re: Brume sur l'ongle, rubis aux lèvres.   Mer 11 Nov 2009, 22:26

*Hahaha ! Un éclat de rire qui traverse la taverne, décidément la discrétion, c'était plus vraiment mon fort !
Fallait m'excuser aussi, j'avais passé une journée terrible !
J'avais pété des crânes par dizaine, défoncé quelques vampires dont j'avais récupéré les dents pour me faire un collier trop trop classe !
J'avais même éclaté un rats qui trainait dans mes appartements ..
Rien à dire, je m'étais pas autant défoulé depuis un moment.

Le seul point négatif, c'est que maintenant j'étais crevé.
C'est d'ailleurs pour ça que je squattais la taverne.

Bref, je claque des doigts pour appeler le serveur et lui passe une commande d'hydromel histoire d'étancher un peu ma soif.

Et pourtant .. y'a un truc pas net qui me froisse un peu.

..

Ouais, Nano est en train de service un ambassadeur.
A cette heure là le Chef et Eldaria pioncent et pourtant .. y'a une présence féminine au bar.

Et heureusement qu'elle l'était, sans quoi j'aurais ajouté un crâne de plus à ma collection.
Quoi ?
Faut pas abuser .. ici on se présente avant d'enter !

Je m'avance un peu les mains dans les poches pour voir à qui j'ai affaire .. cette tête me dit pas grand chose, mais ses yeux !

Là .. j'ai un doute, vite dissipé par sa requête.


'Un chocolat chaud pour une âme vagabonde et assoiffée ?'


Non ! C'était bien elle alors .. je rêvais pas !
Une jeune femme .. un chocolat ! Miss !

'Casse-toi serveur ! Je m'occupe de la demoiselle en personne !'

Je le bourre vite fais et je me place derrière le bar .. faisant mine de rien.
Je réponds à sa demande avec un plaisir non dissimulé .. bon sang, ce qu'il était bon de la revoir.

_________________

Guerrier s'adonnant à sa plus grande passion :
Dévorer les fruits les plus défendus de ces terres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miss_chocolat
Jeune aventurier
avatar

Messages : 5

MessageSujet: Re: Brume sur l'ongle, rubis aux lèvres.   Ven 13 Nov 2009, 09:48

Un sourcil se lève en l'air, un doigt à sa bouche, la jeune fille observe avec amusement l'homme qui vient de remplacer le serveur avec une finesse toute brutale. Un sourire d'un charme tout carnivore accueil le barbare qui semble bien heureux. Qu'importe les raisons de ce soudain enthousiasme, le barbare lui servait ce qu'elle voulait, que demandé de plus ? Il ne faut pas demander aux hommes de ces terres d'êtres des gentlemans non plus.. surtout quand on s'est absentée pendant des décennies. La demoiselle aux sourire trop mordant pour être de son âge, attrape d'une main la tasse fumante devant elle.

Et elle prend son temps, portant avec plus de gestuelle que nécessaire, les méandres brumeux d'une boisson qui n'aurait pas autant de noblesse sans les lèvres d'une renaissante enquiquineuse. Il faut dire.. c'est bien difficile de perdre des habitudes aussi naturelles. Ses prunelles fixées sur le visage de l'homme qui semble impassible à son maniérisme, elle se demande si finalement ce barbare là ne lui est pas d'un vague souvenir. Il ne lui semblait pas que beaucoup d'hommes de son vivant est pu l'apprécier assez longtemps pour porter sur elle un regard si réjouit de son retour. Alors doucement elle change d'attitude, s'amuser à faire grincer des dents cet homme là ne l'amusera pas. Son minois de jeune pucelle penché sur le côté elle dévisage ouvertement celui qu'elle n'arrive pas à reconnaître.

Est ce donc sa mémoire endormit si longtemps qui lui faisait défaut ou bien celui qui se présentait devant elle n'avait pas le même aspect qu'autrefois ? Quelle question existentielle ! Après tout, il fallait qu'elle en soit sûr.

Un léger sourire se glisse sur les lèvres de la jeune femme alors que le vent change brusquement de sens, d'un mouvement, d'un souffle, elle s'est relevée, sa main enserrant le menton de l'inconnu trop connu. Son visage de poupée de porcelaine proposant les effluves des lotus et des lys qui bordent les rives d'un fleuve que chacun n'ose qu'à peine s'imaginer. Est ce donc le fleuve des amants ? Ou bien le Styx impénétrable ? Qui sait de l'amour ou de la mort règne le plus fermement au bout de ses doigts aussi délicats que mortels. Mais la miss n'est pas là pour se faire une nouvelle proie de ses crimes passionnels et de ses délicieux châtiments, elle veut savoir. N'est ce pas là la plus noble des quêtes de l'homme ? La chasseuse sourit, voilà résumé dans sa curiosité, toute son humanité.

Deux perles aux méandres d'or pâle et de tumultueuses pépites se plonge dans le regard de cet homme qu'elle se sent presque obligée de connaître. Si son corps n'est plus le même qu'importe.. il est des choses que ses yeux là n'oublient pas. Soudain un pépites de chocolat frétille à la surface du lait mystérieux et la miss sourit d'avantage encore.


Ton âme est à croquée, bien plus qu'avant elle est embellie de sang.. Hadès, dieu de miséricorde.

L'étreinte de ses doigts se défait du menton de l'obligé alors que l'air frissonne sous le joug d'un rire perçant, sa mélodie se mêle aux ombres, danse un instant avec elles puis se meurt avec harmonie.

J'avoue, je ne pensais pas te revoir. Tu me vois bien heureuse de m'être trompée. Mais apprend moi, j'ai été si longtemps absente, que c'est il passé de beau ou de macabre ? Tes compagnons sont ils encore nombreux ?

Et la damoiselle, les fesses à son siège et les lèvres à sa mythique boisson se laisse doucement aller vers le divertissement d'un conteur d'aventure. A vrai dire même le récit d'un coup de hache dans une tête de bois lui ferait plaisir à entendre tant ces petites choses de la vie lui étaient devenues étrangères. Et puis.. à savoir si les griffes étaient encore vivantes elle se demanda si d'autres de sa connaissance pouvaient l'être. Une légère pensée pour Chocolowski s'évada, une si vieille histoire. Sa mémoire se remettait en marche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natch
Membre de la Griffe Funeste
avatar

Messages : 148

MessageSujet: Re: Brume sur l'ongle, rubis aux lèvres.   Ven 13 Nov 2009, 23:30

Hmmm' ..

*La question était bienvenue .. ça me laissait le temps de réfléchir quelques instants avant de continuer la discussion, camouflant un peu le fait que j'étais en train de me pommer magnifiquement à travers chacun de ses mouvements .. !

Ouais, je m'étais pas habituer à la voir dans ce corps !
Par contre .. la manière de sourire, de se tenir et de charmer de manière plus ou moins consciente d'ailleurs ..

Y'a pas à dire .. c'était bien la même Miss que j'avais connu y'a de ça un moment !
Alors qu'à l'époque elle arpentait ces terres sous le blason des femmes fatales avec Ayame et les toutes les autres.
Elles sont parties trop vite .. et j'ai du tourner avec amertume cette épisode de ma vie qui aura été pourtant l'un des plus plaisants !

C'est peut-être l'espoir de retrouver un peu de ça qui me fait tant sourire .. ouais !
Après la beauté du geste, c'est certainement ce qui me vient en second à l'esprit !

..

Puis je m'égare là ! Elle va me prendre pour quoi, si je lui réponds trois plombes plus tard ?
Tsss' !

Donc ouais .. ce qu'il c'est passé durant son absence .. plein de truc, plus ou moins intéressant, mais surtout moins.
Je crois pas que l'histoire d'Herbert et de l'autre tapette l'intrigue vraiment, alors j'vais sauter ce passage.*


Pas grand chose en fait .. Ayame et toutes les autres se sont cassées en même temps que toi.
Now il ne reste plus grand chose de ce que vous aviez construit .. ouais, dommage !

De notre côté, on a réussi à remettre la machine en place ! Parce que c'était bel et bien terminé y'a de ça encore pas longtemps .. mais c'est bien parti ! On est motivé ! Alors ça devrait marcher.

Là on est une petite dizaine, avec des vieux comme des moins vieux !
Tous sous le même blason, les même idéaux .. comme avant.


*Cherche encore deux trois trucs à balancer au fin fond de sa mémoire qui commence à saturer en info'*

Y'a plus beaucoup de grands clans aujourd'hui .. c'est soit t'es méchant et t'es hostiles ! Soit t'es gentil et t'es DA ! On espère bien faire notre petit bout de chemin à côté.

Hmm' ..

Et toi, que vas-tu faire ?


*Je me retourne rapidement pour prendre une autre hydro' .. histoire d'avoir quelque chose pour m'occuper un peu les mains et l'esprit en attendant qu'elle me réponde ..

Ouais, il faut au moins ça ! Sinon je sens que je vais encore faire une connerie .. et ça serait mal venu !

Une ou deux gorgées, ça me fera passer la soif et ça devrait pas me faire de mal .. enfin j'espère.*

_________________

Guerrier s'adonnant à sa plus grande passion :
Dévorer les fruits les plus défendus de ces terres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miss_chocolat
Jeune aventurier
avatar

Messages : 5

MessageSujet: Re: Brume sur l'ongle, rubis aux lèvres.   Dim 15 Nov 2009, 21:27

Ce n'était pas une surprise. Les Voleuses de Coeurs n'avaient jamais su retenir la leçon des Femmes Fatales. Seules deux d'entre elles, aux yeux clairvoyants de la femmes aux milles conquêtes, avaient comprit où était l'erreur à ne pas commettre. Ayame et Niwema. Elles avaient saisit que leur plus grand ennemi était aussi leur plus grande faiblesse; les mâles. Elles avaient toutes deux vendu leurs coeurs à leurs soeurs.. d'un sens elles étaient à la fois les plus puissantes contre les mâles par cet abandon à leur clan mais aussi les plus vulnérables à l'abandon de ces dernières. Les autres, aussi belles et fortes qu'elles soient.. sont toutes tombées à cause des mâles sans avoir vu que leurs "amour" était une mort. Aux yeux cruels mais justes de miss chocolat.. elles étaient les seules responsables de la déchéance de leur clan. Finalement, les mâles n'avaient pas fait plus que d'habitude, elles avaient été faibles. Ayame était elle consciente que ses soeurs étaient trop faibles pour ne pas tomber, était ce donc la raison de cette subite maladie de coeur qui l'avait emportée ? Et Niwema ?
Les pupilles de la miss s'assombrir soudain, ses doigts blanchir un peu plus en pressant la tasse, quelle rage, quelle colère.


Pauvre enfant..


Au final.. les Femmes Fatales ont transmis leur malédiction à leurs filles d'idéaux. Quelle gâchis. La pression sur la tasse s'évapora doucement, laissant derrière elle une légère impression de menace. Elle haussa presque tranquillement les épaules, dissipant l'effet d'amertume qu'avait le rappel de la mort d'une idée dont elle était presque l'incarnation. Le regard de la demoiselle plus aussi jeune qu'elle le paraissait s'éclaircit alors qu'Hadès posait une intéressante question. Qu'allait elle faire ? Un petit sourire se dressa sur le bord de ses lèvres mutines.

Ne suis je donc pas une vilaine fille ?


Il était difficile de contredire la jeune fille, elle n'avait jamais été très sage, jamais très tranquille et depuis des lustres elle n'avait pas intégrée une structure conventionnelle. Saurait elle s'arranger de ce nouveau monde ? N'était elle pas d'une autre époque ? C'étaient de bien belles questions mais à la fin cela ne lui en posait qu'une.. La raison de son retour. Pourquoi donc l'avait on rappelée à ces terres de sauvages habillés de médiocrité ? Son dernier souvenir de cette réalité lui était d'une agréable folie : elle divaguait, seule dans un monde qui se préparait à mourir, et se promenait à dépensant sa fortune, vêtue d'une robe de mariage, symbole ultime de ce que jamais elle ne serait. Ah oui vraiment, cette dernière folie avait été délicieuse !

Miss se secoua, l'autre devant elle devait la regarder bizarrement, tout en réfléchissant elle avait machinalement commencer à faire tourner trois épines de métal d'une petite dizaine de centimètres sorties de ses bottines. Elle revint quelque peu à la réalité et secoua simplement la tête.

Je n'en sais rien en fait. Les hôstils sont des mal apprit, de petits animaux intéressants mais pas d'une grande conversation. Non.. et puis la DA.. Par les Danaïdes, je crois avoir un passé trop lourd pour m'autoriser un repentir.


Un nouveau sourire sur les braves lèvres de la cantatrice. Qu'allait elle donc faire de sa peau
.

Il faudrait d'abord que je fasse quelques modifications à ce corps si.. si.. petit.


Un regard légèrement dédaigneux sur ses jambes maigrichonnes et sa poitrine enfantine, un frisson se dessina sur l'échine tendue de la demoiselle. Elle le faisait exprès. Ce corps n'était pas aussi horrible que cela mais enfin.. Elle avait été habituée à des muscles discrets et puissants, à des courbes plus farouchement féminine et plus que tout.. ses cheveux brumeux lui manquait terriblement. D'un geste rapide de la main elle balaya devant ses yeux et reporta son chocolat à sa bouche. Plus de grands clans.. Peu de personnes de valeur.. Une infinité de ce qu'elle nomme des "polluants", sans intérêt.. Que venait elle faire ici ?


Je suis heureuse pour toi Hadès, la Griffe est résistante.


Elle posa un coude sur le bar et son menton dans la paume de sa main, le dos courbé d'une manière aussi naturelle que provocante
.

Les terres argentées ne devaient elles pas disparaitre ? Je pensais avoir loupé la fin du monde et voila qu'enfin de compte il est bien vivant.. Peut-être est cela la raison de mon retour. Je dois remettre les choses en place et accomplir ce qui devait être fait. Hmm.. La fin du monde c'est une noble tâche non ?


Sa voix aussi sérieuse que ses mots étaient prétentieux, elle souriait comme une gamine à qui l'on à promis un long tour de manège. Se croyait elle vraiment capable de provoquer la fin du monde ? Ses yeux amusés ne trahissaient aucune gène, aucun doute à cette idée. Il fallait vraiment être tarée pour croire qu'on avait autant de pouvoir.. surtout quand on était aussi misérablement petit. C'est surement ce que quelqu'un de raisonnable aurait pensé. Soyons en tout à fait assuré, Miss n'est pas quelqu'un de raisonnable. Un léger rire se glisse à travers ses lèvres alors qu'elle tourne la tête autour d'elle
.

Tu dis que la Griffe est ressuscitée mais il n'y à pas un seul petit morceau de griffounet ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isamu samsãra
Grand Chef de la Griffe Funeste
avatar

Messages : 275

MessageSujet: Re: Brume sur l'ongle, rubis aux lèvres.   Lun 16 Nov 2009, 00:25

*Pourquoi ne pas les monter trois à trois ? Cela changerait du sempiternel deux par deux... Ce serait à la fois plus rapide et plus fatiguant. Cela ne servirait à rien, certes, car à tout bien réfléchir, je suis immortel, j'ai donc tout mon temps.*
C'est plongé dans ces pensées légères et futiles qu'Isamu gravit gravit l'escalier en colimaçon, avant de déboucher dans le couloir secret.
Le soleil venait de se coucher, les humains s'étaient réfugiés, prisonniers de leurs superstitions ancestrales.

Machinalement, le vampire gagna la taverne, passant par la salle d'armes. Spacieuse, vide, silencieuse et froide. Il entendit quelques éclats de voix, et la finesse de son ouie devinait une voix masculine et l'autre féminine.
*Il me semble que la taverne est animée ces derniers temps. Pas une nuit sans son concert de présentations, agrémentées de cocktails. Voyons ce que me réserve ce début de soirée.*
A mesure qu'il traversait la grande salle des armes, Isamu laissa derrière lui les dernières brumes de son sommeil. C'est l'esprit parfaitement clair qu'il entra dans la taverne, découvrant Hadès, accoudé au comptoir avec une jeune enfant.
Spontanément, il fit part de son étonnement.
- Dans un monde peuplé de guerriers et magiciens, croiser une jeune fille dans la taverne d'une cité de clan la nuit tombée n'est pas banal ! Bonjour, je me présente, je suis Isamu samsãra. Comme l'attestent cette peau blanche et ses canines effilées, je suis un vampire, mais n'aie crainte ! Je ne bois pas le sang jeune, car il en est du sang comme du vin, une maturation est nécessaire pour exhâler toutes les senteurs et arômes de la boisson. J'ai essayé une fois, et je l'ai regretté tout de suite, sans parler des cris perçants... Non vraiment, sans façons.

Isamu marqua un temps d'arrêt, notant intérieurement l'étrange regard de la jeune fille. Ce regard venait s'ajouter aux pièces qui ne collaient pas à l'ensemble du puzzle.
Il n'en fit pas montre, forçant au contraire le trait dans la direction opposée. Il s'abaissa éxagérément, et adopta une voix cajôleuse.
- Mais, dis-moi petite, qui es-tu ? Et où sont tes parents ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miss_chocolat
Jeune aventurier
avatar

Messages : 5

MessageSujet: Re: Brume sur l'ongle, rubis aux lèvres.   Mar 17 Nov 2009, 20:47

La rose se balance, la fleur à sa bouche frémit doucement et la dame se lève. Belle et éclatante, son sourire éternel rayonnant sur la terre comme son oeil unique éclaire les méandres des mers.. Le regard de sa fille posée sur elle, la dame blanche se pare de ses plus beaux atours.. Miss sourit à son tour, la Belle de nuit brille magnifiquement en cette nuit. La Lune braque son seul oeil sur l'arrivée d'une griffe d'un blanc laiteux. La jeune fille tourne sa curiosité ancestrale vers l'inconnu qui ne manque pas de s'étonner, les longs cils de la charmeuse d'herbes folles viennent balayer le visage de l'homme alors qu'un mince sourire se glisse à la commissures de ses lèvres. C'était bien la première fois que l'on s'inquiétait de lui faire ou non peur. Quelle élégance morale pour un vampire.. Si la jeune fille était restée attentive, observant les traits et les gestes de cet être qui lui apprenait son nom en même temps que son corps se présentait à elle, elle ne pu se retenir d'avantage à ses derniers mots.

Un rire aux couleurs d'une aube martelée par le soleil s'envola comme un colibri, vite, précis, s'arrêta butiner aux oreilles des deux hommes comme à une fleur toujours ouverte et s'enfuit par les fenêtres fermées, rejoindre le ciel silencieux. A la fois aussi brusque qu'un rire barbare et aussi fluté que le chant d'une donzelle, le rire de la Miss étreignit ses lèvres d'un dernier sourire avant qu'elle ne réponde.. à sa manière. Ses lèvres closent mais ses yeux si emplit d'un doux et dangereux mystère bien ouverts sur l'esprit de ce vampire aux longues dents. Un éternel..


Si je suis ce que vous dites, Sir Isamu Sansãra, votre sang doit être un délice et vous ne crierez pas si je cherche à y faire honneur.


Le visage de la jeune fille reste absolument intact, pas une trace de convoitise de plus qu'avant ses mots, pas une flammèche de menace non plus, ni agressivité, ni moquerie. Impassible et souriante elle attendait un quelconque signal, de quoi ? de qui ? Elle même n'aurait su le dire, peut-être seulement une marque d'impatience sur le visage de celui qui devait vivre encore jusqu'à ce que la nuit l'engloutisse tout à fait. Puis le silence se brise à nouveau, cisaillé par la langue d'une toute jeune fille au sang millénaire, aux idéaux plus anciens encore..


Quant à mes parents, la seule mère qui m'ait reconnue vous regarde chaque nuit que vous passez sous sa protection, mon père.. je ne sais, peut-être bien en avez vous abusé.


Le rose de ses joues semble relevé son regard délicieusement silencieux sur toute les tendres inepties de la chanteuse de folie. Le fera t-elle fuir ? Serait ce devenu si facile de faire frayeur aux vampires ? Ce serait drôle, une gamine pas même femme qui repousse un vampire aux cheveux blancs.. Ces cheveux.. Une lueur de délicate mélancolie. Et puis plus rien. Son regard, perle d'un néant bien remplit, retrouva le voil de mystère qui finalement ne semblait pas l'avoir quitté.


Je suis miss chocolat, ce n'est certes pas un nom mais je ne me connais pas d'autre nominatif. Oh et permettez moi de vous le dire, la couleur de vos cheveux est sublime
.

Un léger soupir s'échappe comme un condamné des lèvres où il s'était emprisonné, portant sur son dos les menottes de fer et le boulet lourds de quelques mots à peine audibles.


Les miens avaient une lumière semblable..


Mais cet état noué de ces quelques mots envolés se dissipa si vite qu'il aurait été bien difficile de dire si cela n'avait pas été qu'illusion. Le visage calme et amusé de la jouvencelle de tout les temps avait il vraiment changé ? Son sourire aurait il pu faiblir ? Son regard dépassa celui de l'homme, elle détournait la tête pour reprendre sa tasse de chocolat. L'élixir des plus belles passions.


C'est amusant, des crocs dans le clan des griffes. Oh et dites à la petite fille que je suis, quels dangers me menaces puisque mon sang est fade ?


La demoiselle ne se donna pas la peine de se retourner, préférant aux yeux certainement interrogateur que le vampire portait à Hades pour avoir des réponses à son propos, les douceurs sucrées de sa boisson. Au moins un chocolat est un chocolat, jeune ou vieux, chaud ou froid, il gardait toujours sa saveur pour la plus gourmande des revenantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isamu samsãra
Grand Chef de la Griffe Funeste
avatar

Messages : 275

MessageSujet: Re: Brume sur l'ongle, rubis aux lèvres.   Dim 22 Nov 2009, 02:15

Sourire aux lèvres, le vampire répondit sans cacher son amusement à miss chocolat qui s'en était retournée à sa boisson chaude.
- Quel dangers vous menacent ? Et bien... Il me semble que le pire des dangers soit qu'un vieillard étrange aux cheveux blancs vous prenne réellement pour une jeune fille. Mais n'ayez crainte, ce risque est définitivement écarté.

*Mais quel passé peut-il bien être à l'origine d'une telle créature ?*
Isamu jettait un coup d'oeil à Hadès. Il semblait perdu dans un abîme de réflexion.
*Peut-être quelques sentiments naissants ? Quoique... si elle n'est pas jeune, son physique l'est indubitablement.*
Puis, tout en se dirigeant vers le centre de la pièce, occupée par la large table basse et ses fauteuils moelleux, Isamu proposait à l'invitée quelques alternatives. "Miss chocolat - si tel est votre nom actuel - que diriez-vous de connaître un peu plus cette Cité ? Vous avez su profiter de notre salon, qui est une pièce fort agréable, mais vous saurez sans doute apprécier d'autres lieux de cette vaste demeure, qui offrent chacun un charme bien à eux."
Il se tourna vers Hadès et miss chocolat, énumérant de ses doigts les pièces pouvant se prêter à une visite impromptue. "Je peux vous proposer de découvrir les sombres couloirs et recoins de la grandes bibliothèque. Elle renferme quelques siècles de savoir, et l'histoire de la Griffe Funeste. Mais vous pourriez être tentée par la grandeur des proportions qu'offre la salle de réception, que vous avez dû appercevoir fugitivement en vous rendant ici. Nous avons aussi notre salle d'armes, qui, bien que froide et austère, a un cachet bien particulier. Enfin, je peux remplacer ces plafonds de plâtre par une voute étoilée, si vous choisissez de vous rendre sur notre terrasse principale."
Interrompant son énumération, le vampire ajouta, croisant les bras. "Mais... ne vous y trompez pas. Cette visite n'a rien d'une virée en amoureux, mon coeur est déjà pris et plus à prendre. Néanmoins, je suis fasciné par les nouvelles rencontres, et encore plus par celles qui portent un tel parfum d'originalité ! Alors, dites-moi, mystérieuse et ancienne enfant, où choisissez-vous de poursuivre votre périple nocturne ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natch
Membre de la Griffe Funeste
avatar

Messages : 148

MessageSujet: Re: Brume sur l'ongle, rubis aux lèvres.   Sam 12 Déc 2009, 01:27

*Ah bah .. voilà le Chef qui se pointe ! Haha ! Ce beau parleur alors, y'a pas à dire .. il sait y faire !

J'termine ce que j'avais en main, histoire de les laisser causer un peu tranquillement .. ouais, les formalités des présentations, toutes les questions embarassantes des débuts ! La routine quoi !

Par contre l'idée d'aller bouger me plait bien ! C'est surtout que de faire découvrir à Miss un peu plus de notre cité, c'est aussi se dévoiler un peu plus indirectement .. rien de mieux !*


Ouais ! Bien vu Chef !

*Je balance un regard sur la Miss, avec toujours ce sourire bien accroché au bout des lèvres .. *

Bon .. comme t'es l'invitée et pas n'importe qui, c'est toi qui décide de tout !
Donc si t'as un endroit qui te plait plus qu'un autre bah hésite pas .. j'pense que le Chef comme moi est prêt à t'accompagner un peu près n'importe où !


*Ouais, le un peu près est plus important qu'il n'y parait .. y'a quand même des trucs qui doivent pas être montré comme ça ! Y'a des salles qui cachent un peu trop de secret .. un peu du style du ma piole ! Des secrets bien cachés par contre ! Haha ! A croire que la vie de chasseur était pas compatible avec celle de femme de ménage .. ouais ! D'ailleurs faudrait qu'on se paye des hommes à tout faire ici .. y'en a marre de se lever à deux heures du matin pour ouvrir les portes de la taverne, puis ça permettra de nettoyer un peu tout le bordel que je laisse derrière moi .. ! Ouais, va vraiment falloir que je soumette l'idée au Chef quand il aura le temps !*

_________________

Guerrier s'adonnant à sa plus grande passion :
Dévorer les fruits les plus défendus de ces terres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miss_chocolat
Jeune aventurier
avatar

Messages : 5

MessageSujet: Re: Brume sur l'ongle, rubis aux lèvres.   Mer 23 Déc 2009, 12:37

L'ombre d'une lame passe silencieusement dans l'esprit d'un fleur qui commençait à penchée sur son chocolat un peu trop de son attention. La miss se rappelle à elle même, c'est qu'il faut se réveiller quand on devient âgé, prendre garde aux insomnies qui vous lèvent encore en pleine journée ! Un sourire amusé par ses propres inepties, la demoiselle saute lestement de sa chaise et tendant gracieusement les bras devant elle, s'étira sans aucune mesure des convenances d'une Dame, cela faisait bien longtemps qu'elle n'en était plus une. Tournant ses talons et son minois si enfantin vers le chef de cette bande de griffus.. elle ne pu s'empêcher de pencher légèrement son attention sur ses derniers mots et d'afficher un petit sourire compatissant.

Mon cher.. Pensiez vous vraiment que ces enfantillages se prétendent séduction ? Que vous êtes amusant !


Dangereuse silhouette qui s'avance là qui pourtant, n'a encore sortie aucune griffe. D'une démarche légère elle marche jusqu'à l'homme, porte sa main de porcelaine jusqu'au cheveux du vampire. Ses doigts fins pénètrent dans la délicieuse blancheur, glissent doucement sans jamais aller toucher le crâne de l'homme, elle caresse un souvenir pas une chevelure. Les fils de neige tombent lentement de sa main, elle ne cherche pas à les retenir..


Malgré tout je vous plains, si votre coeur à été prit, vivre sans doit être une bien douloureuse tâche
.

Si elle pensait vraiment ce qu'elle disait ? Si elle parlait vraiment au premier degré ? Pensait elle encore que les gens qui donnaient leur coeur n'en avait plus ? Cela parrait si ridicule.. Pourtant si la demoiselle s'écarte du vampire elle ne semble pas vouloir démentir ses propos. Peut-être ne peut elle tout simplement pas comprendre qu'on puisse offrir son coeur à un autre être, que cela soit au second degré ou non. Mais enfin "tout simplement" n'a jamais été très pertinent pour décrire ce qui pouvait bien se passer dans la tête de miss.

Je ne suis pas très friande de passé, parce qu'on ne peut rien y changer je le laisse volontiers à ceux qui n'ont point d'avenir, mais j'aime les histoires
.

Les yeux sombre, abysse de métaphores inconnues se tournent soudain vers une ombre qu'elle avait un peu ignorée jusqu'ici. Le regard amusé et le sourire mordant, la jeune créature aux humeurs légères poursuit.

Je serais curieuse de connaître votre histoire.

Hm.. quelle vilaine fille. Curieuse ! Mais.. à qui s'adresse vraiment cette curiosité ? Il semble bien qu'elle parle de l'histoire du clan, évidemment.. Pourtant, son regard brillant de malices posé sur le visage souriant d'Hadès laisse planer comme.. un doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isamu samsãra
Grand Chef de la Griffe Funeste
avatar

Messages : 275

MessageSujet: Re: Brume sur l'ongle, rubis aux lèvres.   Lun 28 Déc 2009, 02:46

Quelques phrases aux mots bien choisis, pesés avec soin et, à chaque fois, le temps de la réflexion rythmant chaque repos.
Isamu répondit au sujet de l'Histoire.
- Miss chocolat... ce que vous affirmez semble en contradiction. Comment peut-on ne pas se soucier du passé, tout en appréciant les histoires ? A mois que... vous ne préfériez justement les histoires à l'Histoire. Quoiqu'il en soit, je partage avec vous la nécessité de se plonger avec avidité vers l'avenir. Mais il est vrai que présent et avenir ne résonnent vraiment qu'à l'écho du passé. Dans la maison de l'Histoire, le passé constitue sans doute les fondations, portant le présent et le futur.

Isamu leva son séant de la grande table, tournant autour de la petite fille.
- Je serais heureux de plonger avec vous dans les joies et tourments de l'histoire de la Griffe Funeste. Je pense que le lieu le plus approprié pour ce voyage temporel est notre bibliothèque. Qu'en pensez-vous, miss ? Souhaitez-vous un autre chocolat chaud avant notre descente ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Brume sur l'ongle, rubis aux lèvres.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Brume sur l'ongle, rubis aux lèvres.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avoir Anti-Brume en 6G ?
» Rubis, caniche naine abricot, 10 ans -cani seniors
» Rouge comme les rubis.
» La Dame de Brume
» [anim] l'Ile de Brume sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Griffe Funeste :: La Place Publique :: La Taverne-
Sauter vers: