La Griffe Funeste

Haut Clan du Bien de Silver World
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kazuki, aspirant chevalier de la Griffe Funeste.

Aller en bas 
AuteurMessage
Kazuki
Membre de la Griffe Funeste
avatar

Messages : 173

MessageSujet: Kazuki, aspirant chevalier de la Griffe Funeste.   Sam 05 Déc 2009, 14:37



Nom : Hotoro.
Prénom : Kazuki.
Âge : 20 ans.
Race : Humain natif des dunes de Sato.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuki
Membre de la Griffe Funeste
avatar

Messages : 173

MessageSujet: Re: Kazuki, aspirant chevalier de la Griffe Funeste.   Sam 05 Déc 2009, 14:48

Au loin, des dunes ... Plus loin que les dunes, une chaine de montagne où au delà, la mort est assurée pour les apprenties, même les maitres ne confirment pas rester en vie. Mais revenons là où nous voyons justement les montagnes. Un petit village dans le désert aride de Sato, terre inconnue de tout voyageur, à l'époque.

Notre histoire se passe il y a cinq ans, le désert de Sato n'était pas discerné. Avantage que la bourgade connaissait, aucun assassin ni de barbare pour assiéger la ville et la mettre à feu et à sang. Malheureusement, il y a forcément des désavantages, qui sont en grand nombre. La culture qui n'est pas très productive, le sol fertile de tout minéraux, le commerce pratiquement inexistant, le climat qui n'est pas doux et les tempêtes de sable ne manquent pas, sans oublier le danger dans le désert, les monstres y sont redoutables, bien pire que toutes les terres inférieures ont connu.

Hotoro Kazuki, âgé d'à peine 15 ans vit dans ce village avec ses parents Hotoro Caïn, son père qui est forgeron de renom dans le village, il paraît qu'il crée des lames qui pourfendent d'un geste vif un troll des déserts. Sa mère, Arkoni Ezlda, une femme au foyer, comme beaucoup d'autre au village. Cette famille vit heureuse malgré la situation précaire du village. Heureusement que l'eau est créée artificiellement par le Shaman, Lofa, qui à élu domicile pas très loin de chez Caïn. Kazuki y va souvent depuis son plus jeune âge, le vieux sage a toujours des histoires farfelues à lui conter, bien que maintenant, son âge n'est plus à la rigolade, mais à la dure adversité qu'il attend.

-Quelle chaleur !

Dis Caïn à son fils travaillant sous un soleil de plomb. Un jour comme un autre dans un champ de sable. Ils cultivent divers légumes, introuvables sur les autres terres, comme la Hulta, étrange légume à la forme cylindrique, la Loti ayant une ressemblance flagrante à une carotte mais avec un goût légèrement sucré ou bien la pomme des sables à qui on peut donner le nom de pomme de terre sauf qu'elle pousse dans le sable. Il existe bien d'autre variétés, mais ça serait trop long pour toutes les nommer. Kazuki plante sa bêche dans le sable puis il regarde son père distinctement.

-Il doit être midi, le soleil est bien proche ... Nous devrions arrêter pour la matinée si on ne veut pas attraper une insolation ...

-Oui, tu as raison, fils. Le vieux ne voulait pas te voir ? Il me semblait qu'il avait quelque chose à te donner ou je ne sais plus quoi.


Kazuki se met à réfléchir tout en marchant vers l'ombre d'un porche.

-Hum ... Je ne me souviens pas qu'il m'ait convoqué le rabougri ... Mais j'irais le voir quand on aura fini avec ces termites des sables ...

Une pause bien méritée pour ces travailleurs malgré leur maigre récolte. L'après midi passe, sous le poids du travail. Le soleil rase maintenant l'horizon bien sauvage. Les coups bêche ont eu raison des bestioles qui commencées à grignoter les légumes. Travail acharné dont le résultat est assez satisfaisant. Kazuki regarde son père avec le sourire tout en reprenant son souffle.

-Ça doit bien faire la troisième fois qu'on ratisse le champ cette semaine ... Ils reviennent vite.

-Tu sais, fils, la vie a parfois ses désagréments, tu comprendras plus tard ... Maintenant, va voir le Shaman avant qu'il ne vienne se plaindre chez nous et qu'il s'invite à diner !

Ils se mirent à rire ensemble sous le ciel qui commence à devenir paillette et à prendre une couleur encre. Kazuki se lève du haut de son 1 mètre 73.

-Je vais y aller ... Dis à mère que je ne rentrerai pas tard, enfin, tu connais Lofa ... Il n'a plus toute sa tête.

Il sourit puis s'en va laissant derrière lui un dernier signe à son père. La maisonnette de Lofa se trouve non loin du champ,durant le trajet, plusieurs questions lui viennent à l'esprit. Il y a longtemps qu'il ne l'avait fait appeler, il se demande pourquoi. Il accélère le pas dans le sable. Quelques minutes plus tard, il arrive devant une hutte sobre et simpliste. Kazuki rentre sans gêne, toquer à la porte ne servirai à rien, la déficience de son ouïe est telle qu'il n'aurait rien entendu.

Un visage fripé par le temps, des yeux à moitié plissés, signe de fatigue chronique. Kazuki s'enfonce dans la pièce sombre. L'ancien refuse qu'on lui mette une lumière dans sa maison, par simple croyance d'une malédiction lumineuse, que cette illumination le purifie de sa magie. Le jeune paysans n'avait aucune notion concernant cette sois-disante magie. Il s'assoit juste devant le sage puis il regarde sa triste mine.

-Vous m'avez fait demander ? Lofa de la forêt céleste.

Lofa regarde vaguement le jeune Kazuki avec ses yeux d'un bleu azur, ses cheveux argentés bougent bizarrement.

-Jeune élu ... Le vent m'apporte une nouvelle ... Le feu t'a choisi comme successeur ...

Le shaman porte son bras derrière lui pour venir prendre un fourreau qu'il tend à Kazuki que le regarde les yeux grand ouvert. Il pose sa main sur le fourreau et le repousse.

-Attends, le successeur du feu ? ... De quoi parlez vous ? Je ne suis qu'un jeune paysans, rien de plus, rien de moins.

Lofa a comprit qu'il l'avait brusqué sans faire attention. Il pose le fourreau au sol.

-Il y a bien longtemps, bien avant que tes grands parents ne soient nés ... Un peuple régissait dans la forêt qui se trouve au nord ouest de là où nous sommes. Ils s'appelèrent les gardiens de la forêt ou plus communément Elfe. Des êtres à l'allure hideuse et effrayante, aux oreilles longue et pointues mais qui savent parler à la nature dans un langage bien à eux ... Malheureusement, la guerre a eu raison de ces êtres qui sont en voie d'extinction ...

Il reprend son souffle qui a disparut après tant d'année vécu.

-Il reste que très peu de ces êtres ... Et le peu qu'il reste sont en difficulté par l'intolérance de la race humaine ... Mais là n'est pas le sujet de ta visite ...

Kazuki ne manque aucune de ses paroles. Lofa prend le fourreau et sort un manche sans lame, très surpris, Kazuki l'interroge.

-Que signifie ce manche seul ? Où est la lame ?

Lofa ne sort aucun mot, peu à peu, la pièce est envahit par une brise. Du vent ... Dans une maison sans fenêtre ? Kazuki s'étonne, mais plus trop. Il sait que le sage est capable de bien pire, comme créer la pluie. La brise se transforme en rafale près du manche, le vent devient visible à l'œil du jeune homme. Peu à peu, le vent s'accélère, faisant voler diverses fiches et autre bouquin dans la pièce. Dans un éclat cristallin, une lame apparaît alors que le vent s'estompe dans la pièce. Émerveillé, Kazuki regarde l'épée.

-Cette lame est ensorcelée, mon jeune garçon ... Maintenant, prend-là.

Hésitant, mais courageux. Kazuki prend d'une main ferme le manche de l'épée. Fier de porter une telle merveille, mais la lame vole en éclat un instant après. Il reste pantois, ne comprenant pas ce qu'il s'est passé.

-Pourquoi la lame à ...

Un doux rire vient arrêter la phrase de Kazuki toujours dans une incompréhension la plus complète. Lofa le regarde avec un sourire ... Peu commun.

-Il te reste tant de chose à découvrir mon petit ... Mais une épreuve t'attend, une dure confrontation ... Mais je ne peux t'en dire plus ... Prend le fourreau et part en direction des rocheuses, là où t'attend ta véritable destinée ...

Sans un mot de plus, Lofa laisse le manche ainsi que son fourreau à Kazuki. Le jeunot sait se qu'il doit faire, enfin, juste marcher dans la direction indiquée. Il se lève et sort de la hutte, il ne prend pas le temps de passer voir ses parents, car il pense que cela va vite se finir ... C'est se qu'il pense.

L'avance dans le sable fin se fait lourde, le village devient de plus en plus petit. Le fourreau et le courage entre les mains, il continu de marcher sous le froid du désert. Seule la lune pour éclairer son chemin. Il arrive tant bien que mal au pied d'une montagne, par chance, les trolls du désert dorment la nuit. Que dire devant ce amas de rocher ? ... On entend le hurlement des dragons divins, puissance inégalée. Il hésite à l'écoute de ces cris féroces.

-Hum ... Je monte ... Ou je reviens à la maison ...

-Aide moi ...


Un long murmure dans le vent glacial emportant ces quelques mots vient lui caresser doucement la nuque de Kazuki, il frisonne en se retournant ... Mais rien. D'où peut provenir la voix ? Il dit d'une voix tremblante.

-Qui ... Qui êtes vous ?

Il ravale sa salive créant un gloussement, signe qu'il n'est pas rassuré ... Aucune réponse. Il décide finalement de marcher le long de la pente escarpée, mais il ne pourra pas aller bien haut . Après quelques genoux écorchés, il arrive à un plat au milieu de la montée. C'est avec surprise et effroi qu'il se retrouve nez à bec avec un phénix au plumage ardent mais surtout pratiquement absent. Il tombe en arrière, terrorisé par la bête qui est devant lui bien qu'il n'a pas bougé depuis que Kazuki s'est montré à lui. Le phénix lève doucement la tête, ultime effort et le dernier apparemment. Les yeux rouge foncé fixent le regard de Kazuki, un peu trop vague par la peur.

-Je ne te ferai rien ... Toi, que le feu a accepté ...

Kazuki se tamponne la tête pensant entendre des voix.

-Je communique par la pensée ...

Kazuki n'en croit pas ses yeux, décidément, c'est le jour aux surprises. Le phénix parle sans bouger quoi que se soit. Il commence un début de phrase en bégayant.

-J ... Je ... Heu ... Tu ? Enfin ... Vous ... Pouvez me parler ?

Un mince sourire au bec, mais presque invisible.

-Nous, les êtres magiques, avons un dialecte propre, que les humains ne peuvent comprendre, sauf par la pensée ... Seulement, cela est interdit de transmettre une quelconque parole à l'âme d'un humain ...

Kazuki, un peu plus rassuré, se relève enfin du sol où il est tombé ...

-Mais ... Si vous n'avez pas ... Le droit ... Pourquoi me parler ?

-Tu n'es pas un simple humain ... Tu es l'élu du feu, celui qui propagera sur ces terres chaotiques sa volonté véhémente ... Un sombre présage plongera l'argenté dans le néant ... La voute céleste s'inquiète de son futur ... D'ici cinq années, un homme ténébreux viendra et emportera avec lui le bonheur ... Mon temps est déjà compté sur ces terres ... Prend soin d'elle ...


Avant que Kazuki ne dise quoi que se soit, le phénix s'estompe doucement dans un feu purificateur. Il avait une once de tristesse pour lui, disparaître ainsi, en silence laissant peut-être derrière lui une famille. Mais, dans ces dernières paroles, quelque chose l'interpelle.

-Prendre soin d'elle ? Je n'ai pas tout compris ...

Il fait une moue réfléchie, essayant de tourner la phrase dans plusieurs sens, attraper un sous-entendu ou lire à travers les lignes. Pendant sa réflexion, la mort avait emportée l'âme du défunt, son corps n'est plus, il balaye l'endroit d'un regard fugace.

-Un ... Un œuf ?

Le phénix n'était pas parti sans lui laisser un cadeau, qui allait surement changer sa vie. Il s'approche de la surprise assez petite. Kazuki s'accroupit juste devant l'œuf.

-Mais qu'est ce qu'il m'a laissé là ...

Il faut croire que le respect a disparut avec le feu phénix. Il tâte la coquille rouge feu du bout du doigt, un léger 'psshhitt' ainsi qu'un peu de fumer au contact de l'œuf, il se met à hurler, balançant des jurons dans toutes les directions, l'index dans la bouche.

-Wouahhhh ! Mais c'est brûlant ! ... Hum ...

Il essaye tant bien que mal de se calmer, une concentration extrême poussant la douleur à partir. Il ferme les yeux, toujours le doigt contre le palais. Mais pendant son inattention, l'œuf commence à bouger, l'intérieur semble vouloir sortir comme si sa vie en dépendait. Plusieurs fissures sur le haut de la coque créant d'autres brèches et ainsi de suite puis dans un craquèlement sourd, une petite chose jaillit. Une minuscule fée a l'halo rouge écarlate virevolte, profitant enfin de sa liberté. Kazuki, toujours les yeux fermés n'a nullement perçu la fée qui elle, l'a très bien vu. Elle se met à tourner autour de lui, allant d'un endroit à un autre. Elle papillonne, elle fanfaronne. Soudain, elle semble déçue que Kazuki ne l'a toujours pas aperçu. Toujours dans sa méditation, Il se relâche, l'index sort enfin de sa bouche. Il ouvre les yeux peu après, juste devant lui une fée gigote dans l'air heureuse qu'elle soit enfin vu. Kazuki sursaute quand il discerne l'être magique.

-Qu'est ce que ?

Il n'arrive pas à finir sa phrase tellement l'ébahissement était grand. Comment réagir face à elle, que faire ? Il soupir, la fée quant à elle, ne comprend pas ce soupir, elle s'arrête et penche la tête sur le coté. Il regarde un peu mieux la fée celle-ci semble gênée.

-Hum ... Tu dois être celle que je dois prendre soin ... Mais je m'y connais rien en ...

Il l'a regarde bizarrement, rencontre d'un deuxième type

-Ces êtes rouges volants ...

Dit-il innocemment, la fée ne semble pas non plus comprendre se qu'il dit. Elle reste figé en l'air. Kazuki se gratte le menton.

-Hum ... Peut-être que le vieux fou m'aidera ...

D'un geste magnifiquement exécuté, il se tourne pour prendre la chemin qui mène à son village. Il fait signe à la fée de le suivre. Il a tant de question à poser, par où il va commencer ? Il arrive au village, les torches sont allumées pour toute la nuit. La fée semble être attirée par les torches brûlantes, comme un papillon de nuit, mais est-ce la lumière qui la séduit ? Ou bien le feu dansant ? Il l'a rappelle à l'ordre plusieurs fois avant d'arriver devant le foyer de Lofa. Une fois n'est pas coutume, il entre sans frapper.

-Je suis revenu ...

La fée le suit de près, étrange monde encore inconnu pour elle, pièce anarchique. Kazuki s'enfonce dans les méandres du désordre. Des feuilles au sol ainsi que divers objet et autre relique. Sans doute par terre quand il s'est amusé avec son épée. Kazuki s'assoit en tailleur devant le sage, la fée reste derrière lui, juste la tête qui dépasse au dessus de son épaule.

-Jeune élu ... Tu as donc découvert ta destinée ... Un lourd fardeau que tu porteras ... A l'aide de la jeune fée qui se trouve derrière toi ...

-Une fée ?


Il tourne la tête pour regarder la fée qui en fait tout autant.

-Vous vous ressemblez grandement ... Mais votre apprentissage pour la symbiose sera long et périlleux ... Surtout un être sans entrainement à la magie ...

Kazuki détourne le regard vers Lofa.

-Magie ?

-Tu n'as nullement besoin de savoir se qu'est vraiment la magie ... Seulement la symbiose sera suffisant ... Tu n'es pas un être qui a le pouvoir du mana ... Contente toi sur elle ...


Kazuki se gratte l'arrière de la tête, le mot magie a du mal à rentrer, apparemment. Puis, il soupire.

-Je ne suis qu'un paysan, je n'ai pas l'étoffe ni la carrure d'un héros volant au secours d'un peuple meurtri. Vous me voyez moi ? Libérateur du chaos ... Je ne sais même pas manier une lame ...

Le grand père sourit bizarrement, Kazuki ouïe un petit ricanement presque malsain venant de la part de Lofa.

-L'entrainement sera la clé de la victoire ... Nous partons tous de rien pour arriver là où nous sommes ... Ce n'est que le début ... Ton commencement.

Le sage pointe du doigt un parchemin juste derrière Kazuki, sur une pile de feuille. Il l'attrape puis il regarde l'écriture, le sage prend la parole.

-Ceci est une prière ... Lis à voix haute, parle avec ton cœur.

Kazuki, exaspéré, soupir une fois de plus. Décidément, il ne comprend rien à rien. Malgré tout, il se concentre sur le texte.

« Fées maîtresses du divin Feu créateur de vies, Flammes d'amour et de
Lumière, Maîtresses des impulsions énergétiques ! Aidez-moi à obtenir le vif
désir d'agir et de réussir. Faites que mes souhaits deviennent vos souhaits,
les souhaits et les vœux de l'âme de la nature. Fées du feu purificateur,
je veux moi aussi être rempli de chaleur humaine et de bonté active. Je
serai votre flambeau dans le monde matériel. Je deviendrai à mon tour une
flamme illuminatrice, rayonnante d'amour. Accordez-moi la volonté,
l'enthousiasme, la ténacité, la force, l'énergie, la puissance et le
pouvoir. Je promets d'accorder au Feu une attention toute particulière. Que
vos serviteurs, les Salamandres travaillent à incendier mon cœur d'amour et
de la juste Puissance. Soyez en remerciées, Ô admirables Fées du Feu. »



Une vive lumière écarlate émane de la fée. Kazuki se retourne puis se retrouve aveuglé par la puissance lumineuse. Lofa ne semble pas être affecté pour le flash. Soudain, tout devient blanc pour Kazuki, devant lui se trouve la fée, il tourne la tête, complètement perdu.

-Est-ce un rêve ? Suis-je mort ?

La petite fée s'approche de lui, sachant à quel point il est déboussolé.

-Tu n'es pas mort ... Ce n'est pas non plus un rêve ... J'ai bien écoutée ta prière, et j'accepte le pacte ... Mon nom est Tsuki ...

Un sourire au coin des lèvres. Elle s'enfonce dans le corps de Kazuki qui n'en revient toujours pas. Un sursaut, un souffle haletant ... Kazuki se réveille dans son lit habituel. Il regarde sa main doucement avant de tourner la tête comme un fou à la recherche d'une chose qui paraît voler, il ne trouve rien, par chance. Kazuki lâche un long soupir de soulagement.

-Ouf, ce n'était qu'un cauchemar ...

-...Un rêve plutôt, non ?


Il sursaute une seconde fois dans son lit à l'écoute de la voix cristalline qui semble résonner dans sa tête. Il tente d'apercevoir celle qui parle, mais sans succès. Le doux son retenti encore.

-Me rechercherais-tu, Kazuki ?

Un léger ricanement, toujours avec le même timbre, celui qu'il a entendu dans son rêve, celui de la fée. Il passe sa main dans ses cheveux, peine sur le cœur, ou bien la peur ? Même lui ne le sait pas.

-Que vais-je devenir à présent ?

-... Quoi qu'il arrive, je serais toujours là ... Pour te donner ma force ...


D'un mouvement brusque, il soulève le l'édredon avant de se mettre sur ses deux pieds.

-Je ne suis pas un héros ! Je ne veux pas me battre pour des choses que je n'ai pas encore vu ! Tu peux comprendre ? Tu es avec un inconnu qui pourrait t'utiliser à des fins effroyables ! Tu ...

Il s'arrête soudainement, prit d'un pincement au cœur, crée par la fée elle même. Elle a le plein pouvoir sur lui à présent. Tout comme lui d'ailleurs, signe de grand conflit intérieur prévu dans le futur. Médusé, il se calme, la fée prend la parole que seul lui peut entendre.

-Ne dis pas de sotises ! Je sais qui tu es, tu veux m'utiliser pour des buts maléfiques ? Soit, fait ce que tu veux de moi ... Mais je sais très bien que tu ne le feras pas ... A présent, tu n'es plus un secret pour moi.

-Mais ... Même si je veux utiliser ta force, je ne sais même pas comment faire ...

-Tu as toujours l'épée que le sage t'avait passé ?


Il s'en va au pied de son lit, où ses affaires sont en vrac. En cherchant, le fourreau tombe lourdement sur le sol.

-Le voilà ... Tu veux que j'en fasse quoi ?

-Prend le manche et brandi le ...


Il s'exécute, sans espoir apparent. Un manche sans lame qu'il regarde.

-Je ne vais pas aller loin avec ça, tu sais ?

-Répète après moi ... La prière était signe d'un pacte, ton texte à toi doit être propre à toi même ... Je vais t'énoncer ce que veut ton cœur ...


Que la flamme m'embroche, Que les braises incandescentes flamboient ! Divine lumière purificatrice
, assainit moi de ta pureté ... Que cette chaleur me sourit jusqu'à la mort !


Il répète ainsi, cette phrase jusqu'à se que leurs voix ne fassent qu'une. Peu à peu, les cheveux de Kazuki deviennent rouge ardent. La température dans la pièce augmente, ses yeux changent eux aussi, la couleur rubis remplace l'azur. Le manche chauffe, une lame sort, rouge vif. Ils s'arrêtent tout deux de parler, puis Kazuki prend conscience de sa nouvelle forme. Il rêve; ce n'était pas possible pour lui. Tout ce changement par la simple voix de son cœur. Mais les secondes passent, la couleur faiblit d'intensité, Il sent sa force décroitre, il commence à tituber. La lame éclate comme chez Lofa. Il s'écroule à genoux, complètement essoufflé.

-C'était ... C'était quoi ? ...

-Ma puissance ... Du moins, une petite partie de celle-ci ... Utiliser mon plein pouvoir t'enverrai droit au trépas, ton corps ne supporterai pas ... Et moi aussi par la même occasion.


Il comprend, tout lui semble logique à présent. Il n'était pas un être du mana, il ne connait pas le mot magie, ni son pouvoir ... Ne pas en abuser, sinon la mort sera son seul échappatoire, il ne voyait pas du tout Tsuki comme une arme, ou un pouvoir destructeur. Mais comme une petite chose perdu dans ce vaste monde que lui même ne connait pas, tout se qu'il discerne de cette terre, c'est un lopin de sable. Il regarde le sol vaguement.

-C'est comme ça ... Que je dois défendre ces terres ? ...

Il n'a aucune raison de le faire, sauf pour protéger son village, les êtres qui lui sont chers. Il tombe inconscient par terre au milieu de sa chambre. Ce lourd fardeau obtenu de force lui pèse sur son mental..

Trois jours, il se réveille enfin de son coma. Les yeux enfin ouvert, il regarde autour de lui, ses parents étaient à son chevet, depuis le début de sa léthargie, surement. Il se lève difficilement, comme si s'était la première fois qu'il découvre se monde ... Les heures passent sans parler à la fée qui est bien silencieuse, Kazuki réfléchit de plus en plus. L'élu du feu, cette fée, Lofa et ses prédictions ... Comment cela peut être une plaisanterie ? Il tourne la question plusieurs fois sans trouver une réponse. Stresser et inquiet, il sort de sa maison sans dire un mot. Le soleil rase l'horizon, lever ou coucher du soleil ? Il ne saurai le dire. Marchant dans le sable, il s'arrête soudainement.

-Tsuki ?

-... Oui ?


Il est gêné par les propos qu'il a proféré, il y a trois jours. Mais tout était allé si vite, encore il y a quelques jours encore, il bêchait avec son père pensant à rien d'autre qu'à cultiver. C'était sa route avant de voir Lofa qui a tout chamboulé avant de simple mot. Il hésite, il doute ...

-Si j'accepte mon destin ... Me ... Me suivras-tu ?

Kazuki se mordille la lèvre inférieures, l'inconnu lui ouvre les bras. L'inconnu, que trouvera t-il là bas ? La mort, la vie, l'amour, la victoire, la défaite ? Il n'en sait rien.

-Ne te l'ai-je pas dit avant ? Je serais avec toi, Kazuki. L'espoir du feu réside en toi. Ton cœur brûle d'envie de connaitre sa destiné.

-Mon cœur ?


D'apparence, le cœur est un simple muscle, moteur de la vie, indispensable chez certains être ... Mais n'est ce pas le sentiment le plus agréable au fond de nous ? Celui qui nous dicte la meilleur marche à suivre ? Il n'a jamais suivi son cœur, enfin, il ne l'a jamais écouté. Kazuki aimerait savoir.

-Très bien ... Nous irons là où mon cœur me dira d'aller. Je ne peux te promettre que je sauverai ces terres ... Allons voir Lofa, il saura quoi faire.

D'un pas déterminé, il s'avance vers la hutte du vieux sage. Il avait une certaine confiance envers Tsuki, une confiance étrange pourtant. Kazuki rentre dans la maison toujours dans le désordre le plus complet. Il s'enfonce dans l'obscurité de la pièce pour arriver devant le mage qui sourit.

-Je vois que l'élu a compris certaine chose importante. Je vois dans ses yeux une volonté frénétique.

-Lofa, écoute moi ...


Kazuki s'assoit en tailleur, en imitant le sage puis il le regarde droit dans les yeux.

-Apprend moi la magie ! C'est pour cela que je suis tombé dans l'inconscience ... Tsuki a souffert, je le sais, je ne veux pas que ça se reproduise ...

-Tu ne peux pas apprendre, tu n'as pas les capacités nécessaires. Tu ne les auras jamais d'ailleurs ... Par contre, tu peux apprendre à contrôler le peu de mana qui est en toi. Le rendre plus stable, plus concentré ...


Ainsi soit-il, qu'il pensait. Cinq années sont passé depuis le début de son entrainement, il ne compte plus les trolls qu'il a tranché avec Kotetsu, le katana matérialisé du feu, nom donné par Tsuki. Il ne compte plus aussi le nombre de fois où il a faillit se faire écraser par les lourdes masses que trimballent les trolls. La méditation, la concentration sous le soleil de plomb, ou avec la fraicheur de la nuit.

Un jours comme un autre, Lofa demande à Kazuki de venir après son entrainement. Il a grandi, pas que le physique, mais aussi le psychique, plus mûr avec un doux caractère sauf en face d'un ennemi. Il s'assoit devant Lofa, le sage prend la parole.

-Kazuki, l'élu du feu ... Voici cinq années que tu te prépare à l'inconnu ... Le vent m'importe de bonnes et de mauvaises nouvelle en continu ... Mais je ne peux t'en dire plus ... L'heure de ton départ a sonné ... Ces terres ne te sont plus favorables, tu n'apprendras rien si tu reste encore ici. Tsuki et toi, vous avez besoin de découvrir, le bonheur et le malheur des quatre terres ... Le désert de Sato est trop risqué pour toi maintenant ... Part, loin d'ici, ne reviens pas avant d'avoir les capacités requises ...

Ce jour devait arriver, il se lève et s'incline devant lui.

-Merci pour tout ...

Il se retire, droit comme un piquet s'en allant vers sa maison, se préparer et dire au revoir à ses parents. Les larmes de sa mère et l'étreinte de son père, voici son cadeau d'adieu. Un dragon jaune l'attend déjà dehors. Un simple baluchon en guise de bagage. Rien de plus, rien de moins. Kazuki s'envole, le désert si immense vue du ciel. Le voyage commence pour eux.

Baduk, terre surprenante et animée, jamais il n'avait pensé à ça. Voir autant de monde dans une ville. Beaucoup trop de monde, ça devient presque étouffant. Il fait quelques emplettes puis il s'en va aussi vite qu'il est venu. Au loin, de la verdure a perte de vue. Une brise légèrement frisquet. Les temps deviennent rudes, habillé d'un long manteau qu'il a du mal à se procurer, les manteau ne sont pas une spécialité dans son village désertique. Il s'avance dans une forêt, qu'il admire avec de grand yeux émerveillés. L'odeur qu'il respire est différente de celle habituelle, le sable chaud, brûlant.

Dans son avancé, d'étrange bruits s'échappent d'un buisson, Kazuki sort son glaive qu'il vient à peine d'acheter. Un embuscade ? Un traquenard ? Il s'approche doucement ... Il tombe dans une clairière à la voute d'un feuillage magnifique, au milieu de la clairière un arbre immense aux racines imposante. Le bruit ne l'intéresse plus, son attention est porté sur la beauté de la nature, une harmonie qu'il n'a jamais connu. Il progresse autour de l'arbre et aperçoit un être assoupi adosser contre le tronc et entre les racines. Kazuki s'avance sans aucune méfiance.

En face de cet être qui a l'apparence humaine, mais d'étranges oreilles pointues, il s'agenouille, une femme au corps élancé. Elle tient un livre entre ces mains, les yeux de la jeune femme s'ouvrent pour laisser apparaître des pupilles azurées. Presque hypnotisé par les yeux profonds, il n'écoute qu'à moitié ses paroles ... De fil en aiguille, les discussions s'enchainèrent. Elle était bien une elfe, il reste perplexe sur la description de Lofa, son nom était Nano. Ils avaient un point commun, chacun avait un être qui vivait en symbiose avec eux. Le destin ? Une coïncidence ? Lui qui pensait être le seul à être ce qu'il était.

Nano l'emmène dans une Cité où elle réside et qu'elle protège, La Griffe Funeste, la nuit commence à tomber. Elle l'invite à venir se reposer dans sa demeure, Kazuki n'a nul autre choix que d'accepter. Il n'avait jamais vu de château, la fine décoration, le hall très vaste, des corridors. Ces yeux n'en perdent pas une miette. Ils s'arrêtent devant la porte, certainement la chambre de Kazuki. Après de brefs au revoir, il rentre dans la pièce.

Le soir même, il fût accepté dans cette cité par Isamu, le chef vampirique de la Griffe Funeste. Son histoire continu, chaque jour ... Mais peu de personne le savent réellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Kazuki, aspirant chevalier de la Griffe Funeste.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eve Lyn [Aspirant Chevalier][Validée]
» Un honorable chevalier
» patrouille de griffe de panthère
» invitation du roi au peuple et chevalier de la cour.
» Haldurion, apprenti Chevalier Galadhrim

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Griffe Funeste :: La Place Publique :: La Bibliothèque :: Livre d'Or-
Sauter vers: